Il est des musiciens/There are musicians…


Il est des musiciens qui composent sur la page blanche, dans l’immobilité et le silence. les yeux grands ouverts, créant par un regard tendu dans le vide une sorte de silence visuel, un regard silencieux qui efface le monde pour faire taire ses bruits, ils écrivent la musique. Leurs lèvres ne remuent pas, le rythme du sang même a tari son tambour, la vie attend, l’harmonie va venir. Ils entendent alors ce qu’ils créent dans l’acte qui crée. Ils n’appartiennent plus à un monde d’échos ou de résonances. Ils entendent les points noirs, les croches, les blanches, tomber, frémir, glisser, rebondir sur la portée.

There are musicians who compose on the white page, in the stillness and silence, the eyes wide open, creating from a tense gaze in a void a sort of visual silence, a silent gaze which deletes the world to remove the noises, they write the music. Their lips dont move, the rhythm of the blood has become silent, life is waiting, harmony is about to emerge. They are hearing while creating, in the very act of creation.They do not belong to the world of echoes or resonances, they are hearing the black points, the eighth, half notes fall, shiver, slip, bounce back on the musical stave.

Pour eux, la portée est une lyre abstraite, déjà sonore.

For them, the stave is an abstract lyre , already audible.

Ils jouissent là, sur la page blanche, de la polyphonie consciente. Dans l’audition réelle, des voix peuvent se perdre, s’assourdir, s’étouffer : la fusion peut mal se faire. Mais le créateur de musique a dix oreilles et une main. Une main pour unir, fermée sur le stylo, l’univers de l’harmonie ; dix oreilles, dix attentions, dix chronométries pour écouter, pour tendre, pour régler l’afflux des symphonies.

They are enjoying, on the white page, the conscious polyphony. In real audition, voices can be lost, faint, extinguish themselves : the fusion might be not good. But the creator of music has ten ears and one hand. A hand to unite, closed on the pen, the universe of harmony ; ten ears, ten attentions, ten chronometers to listen, to lean towards, to regulate the inflow of symphonies. 

G.Bachelard – l’Air et les songes. Essais sur l’imagination du mouvement

Crédit : Luciano ORY – Opéra

 

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *