L’accompagnement est une pensée de voyage….To accompany is a thinking about journeying…


L’accompagnement est une pensée du voyage…
To accompany is a thinking about journeying…

L’accompagnement s’enracine dans le sens du sacré : cette idée que vivre est sérieux, que s’engage dans ma vie le destin d’une communauté à laquelle j’accepte d’appartenir.

To accompany isrooted in the meaning of sacred : this idea that living is serious, that there is an engagement in my life of a destiny of a community in which I accept to belong

Le sens du sacré, c’est être attentif à la dramaturgie et au tragique de la vie. Savoir que quelque chose de ”  sérieux ” se passe ici et maintenant, parce que je suis vivant, quelque chose qui me résiste et m’habite, de l’ordre du secret, de l’énigmatique (…) Dans ce contexte, les symboles, les mythes, les rites sont un matériau pour se travailler.

The sense of sacred is to pay attention to the dramaturgy and to the tragedy of life. To know that something “serious” is happening here and now, because I am alive, something that resists and flows through me, likea secret, like something cryptic… In that context, symbols, myths, rituals are matter to be worked at about ourselves

Dans l’accompagnement, il s’agit donc d’accompagner un passage, une transition, tenir la voie de chacun ouverte à une recherche vivante : le pouvoir du sens, l’art de conduire sa vie. Alors l’accompagnement est une pensée du voyage, de l’aventure, du parcours de l’existence. 
In accompaniment, it is about accompany a passage, a transition, holding the path of every one open for a living quest : the power of meaning, the art of leading one’s life. Then to accompany is a thinking about journeying, about adventure, about travelling through existence.

Travailler avec le conflit
Work with conflict

Le conflit n’est pas le combat (et qu’) il importe de perdre cet espoir que l’on peut vivre ensemble en bonne entente simplement par notre bonne volonté ; que c’est une société totalitaire, despotique qui n’accepte aucun conflit, opposition, débat contradictoire, qui veut une ligne (…) tout déviant devant être expulsé. Reconnaître notre singularité, c’est accepter le conflit.
Conflict is not battle. It is important to loose the hope of getting along when living together merely because of our will ; it is a totalitarian, despotic society which does not accept any conflict, contradictory debate, which wants a line, all deviant having to be expelled. To recognize our singularity is to accept conflict. To accompany is to accept conflict.

” Un être humain ne peut qu’être désadapté dans son rapport aux autres, à soi et au monde : il n’existe que déplacé, jamais adéquat. C’est de là que naît sa capacité de penser, de créer, dans une souffrance inéluctable. La vie du désir ne se confond pas avec le nirvâna ; elle est quête perpétuelle, issue d’un mal être, d’une faille fondatrice de son destin. Son inadaptation première est inaugurée par sa confrontation aux réalités existantes, quand il se croit tout-puissant.

Human beings cannot but be maladjusted in their relationship to others, to themselves and to the world : they exist only as displaced, never fitted. It is from there that emerge the capacity to think, to create, in an inescapable suffering. The life of desire shall not be collapsed with nirvâna : it is a perpetual question, born ina unease, a foundational crack of their destinies. Their first maladjustments are showing up as they face the existing realities, when they think to be almighty.

L’accompagnement n’a pas pour butd’arrêter ou d’éviter la crise et ses conflits, même s’il a cet effet parfois. Permettre de vivre avec les conflits et les crises semble plus intéressant.

To accompany is not about stopping or avoiding the crisis and the conflicts, even if it can be an output. To make it possible to live with conflicts and crisis sounds much more interesting.

Elucider
To elucidate

Il (l’accompagnateur) incitera à explorer les façons possibles ici et maintenant de poser le problème.
The companion will encourage to explore all the possible ways here and now to state the problem

La construction, la mise en dialectique des termes du problème permet de le rendre supportable, on parle d’avancée et non de résolution. (…) Ce qui change, c’est le regard porté par les acteurs sociaux sur ces situations, sur eux-mêmes et sur les autres, qui se trouve déplacé par un travail d’élucidation (au sens de Castoriadis, c’est-à-dire un éclaircissement qui permet l’accès à plus d’autonomie, réflexive et délibérante, ce qui rend davantage compte du processus visé que la notion de prise de conscience). (..) l’essentiel est d’avancer dans la compréhension de son monde : ” il ne s’agit pas tant pour l’intervenant de ‘faire du sens’ que d’oeuvrer à libérer un sens captif.”

The construction, the creation of a dialectic between the terms of the problem makes it sustainable, we speak of progress and not of resolution…
What changes is how the social actors are looking at those situations, at themselves and at others, how that look is displaced by the work of elucidation (in the view of Castoriadis, which means a clarification which allows more self-direction, reflective and deliberative, which is more what the process is about than the notion of consciousness). The main thing is to progress in the understanding of their worlds : it is not about the intervener to make some sense but to work at liberating captive sense.

L’accompagnement professionnel ?  (Michel Vial & Nicole Capparos-Mencacci, Editions Deboeck)

#accompagnement #conflit #réflexivité #reflexivity #conflict

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *